BONUS : étude voyages professionnels

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Share on LinkedInPrint this pageEmail this to someone

Étude sur les voyages & déplacements professionnels

PDF Imprimer Envoyer

« Plus de 80 % des PME-PMI ont adopté une politique de voyages d’affaires »

Une étude conjoncturelle réalisée par Coach Omnium pour American Express Voyages d’Affaires

homme qui courtAprès ces dernières années, les PME-PMI semblent avoir tiré les leçons de la crise et se sont adaptées aux nouveaux enjeux et outils du Voyage d’affaires en privilégiant la simplicité et les coûts dans leurs choix. Conscientes de leur besoin d’échanger et de rencontrer leurs clients, fournisseurs ou filiales pour assurer et maintenir leur croissance, les PME-PMI affichent ainsi un vrai pragmatisme et une flexibilité en matière de déplacements professionnels avec de grandes orientations et des plafonds définis sur des postes clés (comme l’hôtellerie) pour contrôler et faire appliquer plus facilement leur PVE**.

• Profil des voyageurs d’affaires PME-PMI. Selon ce dernier baromètre PME-PMI réalisé par Coach Omnium pour American Express Voyages d’Affaires, si ce sont principalement les populations de cadres dirigeants (90,4 %) et de cadres (67,9 %) qui voyagent au sein des PME-PMI, leurs déplacements sont avant tout motivés par les réunions de travail internes (68,8 %) avec des filiales ou d’autres départements de l’entreprise, suivis par les visites clients, les formations et les conventions. Selon les secteurs d’activités concernés, ces chiffres varient évidemment sensiblement. La fréquence de voyages dépend des publics concernés, mais globalement, plus il y a de cadres dans l’entreprise, plus les déplacements sont nombreux.

Si tous se déplacent plus de 6 fois par an pour une durée d’environ 2 jours, ce sont les cadres dirigeants et les commerciaux qui voyagent le plus dans l’année : plus de 1 voyage par mois pour 50 % d’entre eux et jusque 20 et au-delà pour les dirigeants. De même, si les formations, séminaires ou événements des PME-PMI sont organisés de préférence en France, un déplacement sur 2 a lieu dans l’hexagone, près d’1/4 se font en Europe et 1/4 vers les autres pays dans le monde, et ce toute catégorie de voyageurs confondue. Parmi les toutes premières destinations d’affaires, les Etats-Unis sont en pole position (pour 12 % des PME-PMI interrogées), viennent ensuite l’Allemagne (10 %), la Chine (8 %), l’Espagne et l’Italie (chacune à 7 %) et la Grande-Bretagne (6 %).

• Analyse de dépenses Voyages des PME-PMI : Les PME-PMI installées en France bénéficient d’une grande variété de modes de transport et aucun d’entre eux n’est privilégié, le facteur déterminant restant avant tout le gain de temps. Alors que l’aérien constitue le 1er poste de dépenses du budget Voyages de l’entreprises, 1/3 des entreprises interrogées par Coach Omnium privilégient l’option « low cost » pour les déplacements en France et les grandes capitales européennes vs 67,5 % d’entre elles pour les compagnies classiques (21,3 % en classe Business vs 78,7 % en économique). C’est la règle du trajet (au-delà de 3 à 6h) et la notion du « bien voyager » qui s’impose dans le choix de la classe. Mais pour 42 % des PME-PMI, c’est le choix du train qui s’impose (avec une 2nde classe pour 53,7 %), notamment quand le trajet est supérieur à 2h en voiture, moyen privilégié pour les déplacements de proximité (rayon de 200 à 350 kms) pour 40 % des entreprises.

En ce qui concerne l’hôtellerie, autre poste de dépenses clé, les PME-PMI font preuve de pragmatisme et de flexibilité dans le choix de l’établissement. Ainsi, plus que la catégorie d’hôtel, c’est le plafonnement des dépenses que les PME-PMI privilégient à 84 % : 50 à 100 € pour 34 % d’entre elles et 100 à 150 € pour 24 %. Si 1 voyageur sur 2 fréquente les 3*, 1/4 des PME-PMI choisit la classe économique (2*), et ce quelle que soit la fonction occupée au sein de l’entreprise. Enfin, les PME-PMI prennent en charge les déjeuners et dîners de leurs collaborateurs en déplacements à 100 % (et les petits déjeuners à 94,4 %). 75% d’entre elles limitent les dépenses à moins de 100 € par jour, voire à moins de 25 €/ repas, pour 23 % des entreprises interrogées, ce qui est relativement bas.

En parallèle des frais de transport, hébergement et de restauration pris en charge par les PME-PMI, de nombreux frais « annexes » ont fait leur apparition durant ces derniers mois. Il s’agit soit de services de nouveau facturés par les fournisseurs (excédent de bagage, choix du fauteuil, etc.), soit de nouveaux frais concernant avant tout le confort et l’expérience du voyageur d’affaires (parking, wifi, lounge…). Véritable enjeu, les « ancillary fees* » sont très difficiles à capturer, mais sont néanmoins quasiment intégralement remboursés par les PME-PMI.

• L’importance de l’équipement technologique au sein des PME-PMI : Compte tenu des nombreux incidents climatiques, politiques ou économiques auxquels sont confrontées les entreprises, les outils technologiques sont devenus indispensables au prolongement de l’activité des collaborateurs tout au long de leurs déplacements. Si l’ordinateur portable est le plus courant (8 cas sur 10), plus de 6 voyageurs d’affaires sur 10 sont équipés par leur entreprise de smartphones ou de téléphone portable (26,3 %). Outre les GPS, ce sont les tablettes fournies par les entreprises (près de 20 %) qui viennent à présent compléter le parc personnel des collaborateurs de l’entreprise. Des équipements qui nécessitent naturellement un accès wifi lorsque ces collaborateurs se déplacent.

• La place de l’agence de voyages auprès des PME-PMI : Selon le volume d’affaires qu’elles ont à gérer, près de 8 PME-PMI sur 10 délèguent partiellement (30 %) ou intégralement (48 %) leur budget Voyages d’affaires à une agence pour des raisons pratiques (45,3 %) liées à son optimisation, ou pour des raisons de coût (22 %). Et lorsqu’elles confient entièrement ce poste à une agence, celle-ci est spécialisée dans le voyage d’affaires dans 7 cas sur 10. De la même façon dans plus de 74 % des cas, ces PME-PMI ont recours à un SBT***, pour gagner du temps (29,5 %) pour un usage facilité (21,1 %) ou générer des économies (15,8 %). Si les grands postes de dépenses de voyages professionnels restent majoritairement l’aérien, le train, hôtellerie, la location voiture, le MICE et enfin la formation, près d’un tiers des PME-PMI interrogées par Coach Omnium déclare que leur agence de voyages les accompagne également sur des missions de Conseil.

Pour 1 PME-PMI sur 2 — lorsque la gestion est partiellement (30 %) ou entièrement (22 %) internalisée en revanche —, les réflexes de recherche d’informations liées aux déplacements des collaborateurs diffèrent complètement et Internet s’impose bien sûr facilement comme le premier outil de recherche de prestataires de voyages (74,1 %), et ne passe en second plan que dans le cas où l’entreprise dispose d’accords fournisseurs qu’elle parvient à faire appliquer au travers d’une PVE** .

• Les PME-PMI et la crise : Une opportunité de repenser sa Politique de voyages ? Toutes les entreprises ont été confrontées à différentes crises durant les 3 dernières années et ont changé leur comportement d’achat, notamment en matière de voyage d’affaires. Les PME-PMI ne font pas figure d’exception. 49,2 % d’entre elles déclarent que la conjoncture a eu des influences négatives sur leur activité voyages. Réduction du nombre de déplacements et réduction budgétaire (pour près de 6 entreprises sur 10), réduction du nombre de réunions, mise en concurrence (26,3 %) et renégociation des contrats fournisseurs (12,3 %) ont été les premières réactions.

Plus d’1/3 des PME-PMI (36,7 %) déclarent avoir fait une évoluer la gestion de leur politique voyage : contrôle renforcé et cadre plus strict, réduction du budget, révision à la baisse des plafonds, glissement de classe, réduction du nombre de déplacements, etc. Ainsi, au-delà des bouleversements que les différentes crises ont instaurés, celles-ci ont véritablement encouragé les entreprises à instaurer des règles dans leur organisation. Si moins d’une entreprise sur 2 était dotée d’une PVE avant la crise, 8 PME-PMI sur 10 disposent aujourd’hui de leur propre PVE**. Dans 96,6 % des cas, ces politiques ont été mises en place pour contrôler les coûts. Mais après avoir activé de nombreux leviers, elles font aujourd’hui preuve de pragmatisme et de flexibilité dans leur PVE** auprès de leurs collaborateurs en se contentant de donner de grandes orientations, pour 60 % d’entre elles.

Ainsi, si 2/3 des PME-PMI disposent d’accords corporate signés en direct avec des fournisseurs, elles affichent une vraie souplesse en termes de choix : à peine 1 sur 2 le recommande en priorité sans pour autant l’imposer (cf constat dans l’hôtellerie où on va privilégier un groupe plus qu’une catégorie d’établissement), mais les PME-PMI vont privilégier le plafonnement des dépenses. Un parti pris qui contribue et peut expliquer de très bons taux d’adoption d’une PVE**. Autre facteur de succès d’une politique voyages, l’introduction de la notion de « bien voyager ». Ainsi, face à la préoccupation d’optimisation budgétaire, près de 30 % des PME-PMI interrogées par Coach Omnium déclarent que le confort et le bien-être des voyageurs ont également été pris en compte dans leur PVE**, et sont conscientes que les déplacements d’affaires ne seront que plus efficaces et les voyageurs plus productifs s’ils sont considérés et bien « traités ».

• Perspectives 2012 pour les PME-PMI : Si la 21e édition du baromètre American Express Voyages d’Affaires publiée en novembre dernier affichait de nouveau des résultats encourageants, et en dépit d’une période économique incertaine, les PME-PMI semblent témoigner d’un optimisme pour les mois à venir. En effet, 20,7 % des entreprises enquêtées par Coach Omnium pensent que leurs dépenses seront en hausse, 69 % stables et 10,3 % à la baisse. Cette position reflète vraisemblablement la nécessité de voyager des entreprises, déterminante pour assurer leur croissance et leur pérennité, la plupart d’entre elles réalisant notamment près de 70 % de leur CA à l’étranger.

 Téléchargez gratuitement le rapport complet d’étude en format PDF.

*« Ancillary fees » ou « frais annexes » ** PVE : Politique Voyages des entreprises ***SBT : Self Booking Tool : outil de réservation en ligne