Internet & spa

 

INTERNET, 1er outil pour vendre son spa

Au risque d’enfoncer des portes ouvertes, Internet est à présent à la base de toute stratégie marketing et commerciale des établissements touristiques, mais aussi des spas. Ne pas être référencé sur Internet équivaut à ne pas exister.

Hôteliers, hôtelières, il ne faut donc pas lésiner sur les moyens et mettre en valeur son spa sur son site Internet. En y consacrant un onglet et idéalement un moteur de réservations permettant de visualiser les disponibilités et de payer en ligne le(s) soin(s) choisi(s), au même titre que les chambres, afin d’intégrer le spa au parcours d’achat. 

La possibilité de créer un site uniquement pour le spa de l’hôtel n’est pas exclue, mais implique un investissement supplémentaire, financier et humain, et serait donc surtout valable pour des spas significativement grands et riches en offres. 

La communication passe beaucoup par l’image et le site internet permet de rassurer les clients en leur montrant des photos, visuels, éventuellement des visites virtuelles, de les informer sur le contenu du spa, les soins prodigués, les services, les tarifs, les horaires… et son positionnement qui transparaît à travers le site (sa charte graphique, la tonalité du discours, les images choisies…). Bien sûr, plus le site est valorisant, plus il incite les internautes à y passer du temps. C’est la vitrine du spa.

D’autres outils peuvent être développés pour conforter la stratégie de communication digitale du spa hôtelier : newsletters, blog et réseaux sociaux.

LES RÉSEAUX SOCIAUX

Les réseaux sociaux offrent une instantanéité et un suivi ciblé qui complètent les fonctionnalités d’un site Internet. Ils présentent de multiples intérêts pour la stratégie de communication (cf. notre livret sur les tendances et innovations dans l’hôtellerie). Mais ces sites sont nombreux, ont chacun leurs particularités et visent des publics plus ou moins ciblés. Ils peuvent être complexes à appréhender pour les hôteliers.

Pour communiquer sur son spa, 2 réseaux semblent plus particulièrement adaptés :

Facebook, leader incontesté en nombre d’usagers inscrits, intéressant pour la multitude de ses fonctionnalités dédiées aux entreprises (la publicité ciblée par exemple), et pour son large auditoire (tous les milieux et tous les âges, avec un accroissement des plus de 35 ans, cible première des spas).

Instagram qui peut encore être vu comme un réseau branché avec une majorité de jeunes usagers et un côté friendly. Le public de ce média et son utilisation professionnelle se développent très rapidement. Centrée sur l’image (photos et vidéos) — sachant que les spas sont très « instagrammables » : ils peuvent donner de merveilleux sujets de photos/vidéos, très esthétiques — cette plateforme convient à tout type d’établissement hôtelier qui veut accroître sa visibilité, notamment pour le lancement d’une activité. De plus, l’audience d’Instagram semble être légèrement plus féminine, tendance de consommation qu’on retrouve dans le secteur du bien-être.

Les autres réseaux sociaux nous semblent moins prioritaires dans la stratégie marketing d’un spa hôtelier, même s’ils présentent aussi leurs avantages en fonction des publics visés :

• LinkedIn, plateforme essentiellement professionnelle qui peut se révéler intéressante pour développer un public B2B : CE d’entreprises, forfaits séminaires incluant des accès au spa ou des soins dédiés appropriés, voire des cures thématiques,…

• Twitter, en légère perte de vitesse, est un média plutôt tourné vers l’actualité et l’échange court par écrit. Il constitue un support de communication directe avec la clientèle, peut permettre d’améliorer le référencement et peut être un bon outil de veille, notamment à l’international. Cependant il reste majoritairement utilisé par les blogueurs et marqueteurs professionnels, les personnes ancrées dans le monde des médias et autres communicants.

D’autres médias sociaux peuvent être évoqués tels que Youtube (leader de la diffusion de vidéos), Pinterest (marketplace américain qui ne s’est pas encore réellement démocratisé en Europe), ou encore Snapchat et Tik Tok qui sont plutôt plébiscités par les adolescents et pourraient être accessoirement pertinents à développer pour des spas positionnés sur l’accueil des familles.

Il n’est pas nécessaire d’être présent sur chaque réseau : au contraire, cela pourrait être contreproductif. Mieux vaut privilégier la qualité à la quantité en n’en choisissant qu’un seul, voire deux. Mais, dans ce cas, il faut le faire à fond : publier de nombreuses publications (de qualité !), rechercher des abonnés et des fans, échanger (marketing affinitaire) avec les internautes (on évite les polémiques). Une communication sur les réseaux sociaux peut vite s’avérer chronophage. Elle implique une régularité afin de fidéliser et maintenir l’intérêt des abonnés et d’en conquérir de nouveaux. Mais aussi une immédiateté pour répondre et commenter en temps réel les mentions faites sur l’établissement.

LE BLOG

A côté des réseaux sociaux, le blog peut constituer un outil complémentaire à supplémentaire de communication. Mais, il nécessite d’être travaillé et actualisé, de détenir une bonne capacité d’écriture, ce que ne peuvent faire tous les hôteliers pour des questions de moyens, de temps, de compétence… Il se destine donc plutôt à des hôteliers (avec spa) investis dans leur stratégie de communication digitale.

Les principaux intérêts d’un blog pour un spa hôtelier :

– Se forger une réputation de spécialiste en publiant des articles liés au bien-être et en mettant en avant sa maîtrise du sujet.

Fidéliser les visiteurs en proposant du contenu : la perspective de nouveaux articles peut motiver les visiteurs adeptes des spas à revenir consulter les publications du blog et à s’intéresser aux offres du spa.

Créer de l’interaction : un blog permettant aussi à ses lecteurs de laisser idéalement des commentaires.

Appréhender les besoins des consommateurs par l’étude des statistiques de fréquentation de son blog : quels articles sont les plus consultés, quels sujets sont les plus commentés… C’est aussi un moyen de tester une nouvelle offre avant sa mise en marché en l’abordant dans un article et en observant les réactions des lecteurs.

– Augmenter le trafic vers son site internet puisque le contenu du site est actualisé via les articles du blog qui y sont rattachés : à chaque fois qu’un nouvel article y est écrit, les éléments qu’il contient sont référencés sur Google. Par référencement naturel, sous la conditions de publier de nombreux articles, cela lui donne plus de chances d’apparaître dès les premières pages de résultats suite à une recherche.

ET LA NEWSLETTER ?

Elle constitue aussi un outil de communication intéressant lorsqu’on y consacre un peu de temps, en complément du site internet et éventuellement du blog. L’avantage de combiner le blog et la newsletter est de pouvoir alimenter cette dernière avec le contenu de ses articles de blog, en changeant uniquement la forme.

Inconvénients : elle ne peut être envoyée qu’aux personnes volontairement abonnées (RGPD), ce qui restreint considérablement son auditoire. Et, nombreux sont les internautes, submergés d’email publicitaires, à ne plus vouloir y souscrire. Pour inciter les visiteurs du site et/ou blog à s’abonner, il est possible en contrepartie de proposer par exemple une réduction sur un soin ou un cadeau.

Sur Internet, les outils ne manquent donc pas et ne requièrent qu’un investissement financier limité. Mais, encore faut-il vouloir, pouvoir et savoir les développer, les entretenir, les suivre pour les rendre efficaces, ce qui n’est pas à la portée de tout le monde. Des agences de conseil spécialisées en commercialisation peuvent éventuellement accompagner les exploitants dans ces tâches qui nous paraissent, rappelons-le encore, incontournables.

Paru le 14 juin 2021

Perrine Edelman